Alfred OUOBA - directeur du FESDIG

Le mot du Directeur

ALFRED OUOBA,
Promoteur culturel
Médaille d’Honneur des Collectivités Locales

 

Bienvenue sur le Site du FESDIG où nous sommes très heureux de vous accueillir.

 

Comme il existe maintes façons d’aborder la question du développement, il existe autant d’approches visant à apporter une part de solution aux diverses difficultés que nous impose un contexte socio-économique difficile.

Ralliant  cette armée appelée société civile, qui ne manque pas de génie pour proposer des pistes nouvelles -parfois osées- pour aller à la mise en œuvres des conditions pour un bien-être communautaire, l’A.T.C.D. a crée un moyen qui s’appelle Festival Dilembu au Gulmu. Une voie qui prône, comme l’a tant voulu le président poète Léopold Sédar Senghor tout au long de sa vie, d’aborder la question globale du développement par le développement culturelle ou par la culture.

Nous croyons plutôt que cette voie naturelle, est entraînante, incitative comme l’est, le son du tam-tam dans un champ de mil en labour.

Du reste, ayant choisi d’intervenir en priorité où notre présence produirait de petites avancées certaines, nous n’avions d'autres alternatives que de prendre le départ sur la culture.

Car toutes les pages sur les styles de management employés chez nous en milieu rural, comporte autant de récits sur les pratiques culturelles et coutumières. Nous vous en donnons la preuve que voici : nombre d’activités quotidiennes ou saisonnières sont accompagnées de chansonnettes, ou de pas de danse. De là jaillit une vérité : autant la scène révèle le talent d’improvisation, autant la promotion culturelle réveille, suscite le génie face aux contingences naturelles ou socio-économiques.

Nous réalisons, au fil des éditions du FESDIG, quelle erreur nous aurions commise, quelles difficultés nous aurions rencontrées en adoptant dans le village de Tiantiaka, une démarche trop méthodique. Cette méthode-là aurait heurté un monde typiquement humain, voire humaniste.

Parfois, face à des écueils, nous avons ralenti, marqué une pause technique ; mais jamais nous n’avons cédé au fatalisme, mieux nous nous sommes vus renforcés dans notre entreprise : réaliser un festival du monde rural avec les populations locales dans les rangs de notre armée.

A l´orée de sa 10e édition, le FESDIG livre la preuve qu’il existe des valeurs humaines qui ont un effet d’un carburant pour le développement. S’il nous était donné de manifester notre fierté, nous le ferions plutôt en jetant des fleurs aux populations de Tiantiaka et environs. Nous le ferions également à l’endroit de nos amis que le jargon des projets nous fait souvent appeler partenaires.

Les populations ont particulièrement compris notre démarche et se sont appropriée le festival. Les partenaires techniques et financiers, eux ont osé nous accompagner dans notre aventure. Pour tout le temps parcouru avec chacun d’eux, nous louons, sa qualité d’écoute.

En somme, nous avons eu de l’ambition en initiant le Festival Dilembu au Gulmu; mais nous reconnaissons ici le mérite des populations et des partenaires dans  l’œuvre de pérennisation de l´activité. C’est grâce à eux qu’après tant d’éditions, nous professons que le FESDIG prend des allures qu’il a toujours été dans nos rêves.

Et nous le disons très sincèrement !

  • avec Alpha Blondy
  • avec Angelique Kidio
  • avec Rene Georges et Jean-Yves Laffineur
  • avec Salif Keita

Le FESDIG, la valorisation de l'ensemble du patrimoine culturel